Actualité en direct des régions du Maroc et du Monde, écoutez aswat radio en ligne et participez au débat.
Jeudi 8 décembre 2016
Suivez nous

Chronique de Thami Ghorfi

Chronique de Thami Ghorfi - Dialogue de sourds

Imprimer
Dialogue de sourds

Cette semaine les employés des sociétés de sous-traitance de la Société Nationale des Autoroutes du Maroc ont fait grève aux points de péages sur les Autoroutes. Dimanche dernier, plus de 400 employés qui accueillent les automobilistes aux péages et assurent les encaissements pour le gestionnaire des autoroutes ont non seulement manifesté comme ils le font avec leurs banderoles et leurs slogans comme d’habitude, mais sont allés bloquer les péages barrant ainsi la route aux automobilistes à Bouskoura sur l’autoroute vers le sud et à Kénitra pour perturber le trafic vers le nord.

Phénomène magnifique à observer sur le lieu : les automobilistes surpris d’être les otages de ces employés en chemise bleues, ont été très nombreux à se transformer en photographes et autres reporters avec leurs téléphones portables. Pour les uns c’est l’occasion de garder un souvenir du spectacle inédit, pour d’autres c’est l’occasion de partager leur trophée de chasse sur Internet.
Ce genre d’opération à la mi-juillet est un excellent moyen d’attirer l’attention des médias et de l’opinion publique. Mais qu’en est-il de l’analyse de la situation ? Autoroute du Maroc ne se sent pas concernée par les griefs qui lui sont faits. C’est évident, ces salariés louent leurs services à travers des sociétés de prestation de service qui exécutent un cahier des charges de la Société Nationale des Autoroutes. Les salariés en question, reconnaissent leur appartenance à ces entreprises prestataires de services… mais revendiquent le droit de bénéficier des mêmes avantages que les salariés de l’entreprise publique ! On le voit bien. La situation peut être limpide juridiquement, mais le conflit reste complexe… puisque le syndicat UMT revendique des salariés qui ont plus de 10 années d’ancienneté au sein de ces entreprises. Autoroute du Maroc adopte une posture de mutisme et évite d’entrer dans ce conflit qui ne la concernerait pas… sauf que ses usagers qui sont aussi ses clients sont malmenés. Les habitués des navettes sur autoroute ont eu chaud ce début de semaine ; allaient-ils arriver à leurs bureaux ou à leur domicile dans des délais convenables ?
Autoroute du Maroc n’est pas la seule entreprise d’Etat ou de service public à faire appel à des sous-traitants pour externaliser une partie de leurs activités. Les distributeurs d’eau et d’électricité, Lydec ou Veolia utilisent ce procédé depuis plus d’une décennie. La Royal Air Maroc a fait mieux, elle a crée une filiale dont c’est le business : recruter un personnel moins qualifié pour baisser les coûts. Il s’agit d’une partie du personnel commercial naviguant ou au sol, appelé plus simplement hôtesses et stewards. Il n’y a pas de secret, les adeptes de la compagnie nationale les reconnaissent très vite… grâce à leur manque de qualification comparés aux salariés de la RAM.
Qu’est ce qui amène les entreprises à adopter ce type de solutions pour leurs besoins en personnel ? La nécessité de maitriser les coûts évidemment. Mais surtout le besoin de ne pas gérer les ressources humaines, voire les plans sociaux quasi-impossibles dans le secteur public. Ces établissements cherchent en fait à trouver des solutions pour la flexibilité de l’emploi. Le code du travail est ce qu’il est aujourd’hui. Il cherche à protéger aussi les salariés des abus de certaines entreprises.
On observe depuis quelques mois, depuis l’avènement du 2O février que les uns et les autres essaient de trouver une occasion de rejoindre la fonction publique, coute que coute, en mettant la pression sur le gouvernement. Ce n’est pas la solution pour l’Etat, ce n’est pas la solution pour notre pays !
Ce sujet doit être traité de manière ouverte et transparente par nous autres les médias L’opinion publique est en droit d’avoir une fine connaissance de ces conflits d’un nouveau genre où les protagonistes ne se rencontrent jamais… au frais des citoyens !

A la semaine prochaine sur aswat et nulle part ailleurs.

Thami ghorfi

Lire aussi

Services aswat
» Méteo
Prévisions : Maroc Météo
Mémoriser la ville
» Horaires des prières
Afficher les horaires des prières :