Actualité en direct des régions du Maroc et du Monde, écoutez aswat radio en ligne et participez au débat.
Samedi 10 décembre 2016
Suivez nous

Médias

Médias - Revue de presse Radio Aswat du vendredi 24 avril 2015

Imprimer
Revue de presse Radio Aswat du vendredi 24 avril 2015

Dans la presse aujourd’hui :

- Le programme Massar loin de répondre aux attentes.

- Le projet de Tamesna abandonnés par deux prometteurs.

- Boudrika serait-il en train de perturber son club ?

Deux ans après le plan de relance de Tamesna d’un montant de 580 millions de DH, le ministre de l’Habitat et de la politique de la ville fait face à l’abandon de deux gros promoteurs immobiliers rapporte L’Economiste. Ces deux derniers, écrit le journaliste ont jeté l’éponge des chantiers de Tamesna, en laissant derrière eux de loures ardoises, après l’arrêt des travaux. En plus des dettes, le journaliste explique que le mal causé à plusieurs centaines de familles, parfois des MRE, est plus profond. Les réservataires qui s’étaient constitués en associations ont saisi la Primature, sans obtenir le moindre feed-back. Il a fallu s’adresser au cabinet royal pour voir les plaintes des citoyens prises en compte. La justice, nous dit-on, a donné raison à l’Etat. Le foncier a été récupéré et c’est Al Omrane qui va relancer les programmes arrêtés. Ce qui est sûr, écrit le journaliste, c’est que Nabil Benabdellah n’est pas au bout de ses peines.

Le système Massar de déboires en déboires titre Libération en Une. Il s’agit en fait d’un programme informatique permettant aux élèves d’avoir accès à leurs notes, absences, date des contrôles. Si les concernés avaient qualifié le pari d’intéressant, ils estimaient en revanche, qu’il était difficile à appliquer au Maroc. Et le journaliste leur donne raison. D’après ce dernier, beaucoup d’enseignants galèrent avec l’outil informatique. Le programme, ajoute Libé, a été lancé il y a deux ans, pourtant les formations sont toujours en cours alors que les résultats devraient être palpable depuis des mois déjà. S’ajoute à cela un déficit très prononcé au niveau des équipements informatiques. De l’avis du journaliste, ces soucis sont symptomatiques de la panne générale qui paralyse le système d’enseignement depuis belle lurette.

Le Raja pris en otage entre Boudrika et Romao. Titre à lire dans les pages Sport de Libération.

De l’avis du journaliste, le président du Raja s’applique à perturber son club. Et Libé d’ajouter, le bonhomme revient à la charge pour semer le doute et créer une certaine tension dont les joueurs et l’entraîneur n’ont que faire.

Selon le quotidien, il se laisse entendre que Mohamed Boudrika à saisi «les sages du club» pour demander leur avis sur la tactique que devra adopter le Raja lors du match retour des huitièmes de la Ligue africaine des clubs champions.

Voilà donc un patron et ses conseillers qui s’immiscent dans les affaires techniques, ce qui ne peut être du goût du coach, commente Libé. Et le journaliste d’ajouter, Mohamed Boudrika n’est pas à son premier agissement de la sorte. Mis à part les rumeurs qui faisaient état d’un éventuel contact entre ce dernier et le Tunisien Faouzi Benzarti, l’ère de  Boudrika compte deux limogeages saugrenus au moment où le club s’apprêtait à aborder des échéances cruciales.

Soumia Mtafe 

 

 

Lire aussi

Services aswat
» Méteo
Prévisions : Maroc Météo
Mémoriser la ville
» Horaires des prières
Afficher les horaires des prières :